Fraude à la note de frais : l’ex-CEO de l’aéroport de Liège sous le feu des projecteurs

Comme bien souvent dans l’actualité de la note de frais, une nouvelle affaire de fraude fait la une des journaux belges.

Un rapport confidentiel, commandé auprès du bureau Deloitte en 2019 et sorti début février 2021 mets en lumière certaines pratiques financières douteuses de la part de certains personnels haut-placés de l’aéroport de Liège.

Parmi celles-ci les approbations mutuelles et orales de notes de frais entre Luc Partoune, ex-CEO et José Happart, président du CA. Par exemple le rapport pointe du doigt 19 000 € de notes de frais sur 2 ans, concernant principalement des frais de bouche et frais kilométriques, remboursées majoritairement en cash.

Un autre point du rapport révèle que Steven Verhasselt, prospecteur commercial pour le compte de l’aéroport et basé à Hong Kong aurait été payé près de 635 000 € pour son travail en 2 ans ( 2017-2019) et aurait bénéficié sur la même période d’un remboursement additionnel de 560 000 € de « frais ». Ces compensations auraient été approuvées de manière informelle par Luc Partoune.

Concernant ce dernier, le rapport Deloitte lui attribue près de 125 000 € de notes de frais dont il est difficile de justifier le caractère professionnel en 2 ans.

Il est également fait mention de l’achat d’une Audi Q7 d’un montant de 88 000 €. Cet achat est soit disant justifié par le changement de politique de mobilité plus écologique de l’aéroport de Liège en 2017, faisant notamment passer le budget véhicule pour le CEO de 75 000 à 90 000 €.

Ces dépenses hors normes s’ajoutent à de nombreuses incohérences de gestion financière du Liège Airport, des emplois fictifs, ainsi que des violations des lois sur les marchés publics.…